Elle est une envolée

Elle est une envolée lyrique,
Une phrase prononcée sous le manteau
Une personne que l’on pique,
Un mystère au bas mot.
Elle complaît, décuple les rêves,
Les espoirs des âmes seules.
Elle attise, se joue de tout,
Attire les fous, noue à leurs cous
Des mots rêches ou des mots doux.
Elle se maquille d’un rien,
D’un coup de vent glacial,
D’une rosée du matin.
Elle invite la malice,
Dans les conversations du soir
Rend un peu moins lisses
Les visages du comptoir.
Elle aime sentir leur curiosité,
Se nicher sur son épaule.
Attiser les regards, les questions,
Et qu’enfin, on la frôle.
Juger, choisir par son aura,
Le mauvais, du bon garçon.
C’est avec lui qu’elle s’en ira.
D’un coup de talon,
D’un fouet de chevelure,
La bougie des conquis se meurt.
Elle seule saura avec qui,
Elle terminera son heure.
Elle est une envolée,
Une essence mystérieuse,
Un voile un peu osé,
Sur une peine silencieuse.
Peu sauront la cernée,
Ou même lui prendre son coeur
Elle n’est pas là pour flâner,
Elle compte toutes ses heures.

Poème sur une femme au plus vieux métier du monde.

© Pour le dire