Novecento, au Radiant-Bellevue

Né sur un bateau duquel il ne descendra plus, Novecento est un enfant abandonné et recueilli par un membre de l’équipage. Le piano deviendra très vite sa seule compagnie, qui berce un monde imaginaire au gré des vagues et habite ses notes d’une musicalité incomparable. Novecento se dépeint à travers les mots et le jeu d’André Dussolier qui livre son histoire et son amitié avec ce jeune prodige. Parce qu’il n’a pas de rivales, Novecento joue à sa façon. Et parce qu’il n’a pas de paysages en tête, il nourrit ses musiques du monde qui vient à lui sur son bateau. Et la pièce se joue sur les mêmes accords : une harmonie tant sur la scène que dans le jeu.

 

André Dussolier nous porte par son histoire, nous transmet les odeurs, les ambiances des années 30, les lumières de cabaret et les personnalités colorées. L’interprète se mue entre le narrateur et les personnages de cette aventure romanesque, rendant un décors presque vide bondé de monde. Les genres se confondent, entre le conte, le mythe et l’histoire, si bien qu’on ne décèle plus le fait de l’anecdote : le jeu prend le pari de nous y perdre.
Dussolier tire les ficelles de la langue française à la manière d’un De Groodt sur les planches de l’ingéniosité. Quand les limites de certaines pièces se trouvent dans l’excès et les manières, Novecento vise juste sans une note ou un mot de trop.

Quand la musique s’accopine avec le théâtre, et décident tout deux de se défier dans l’excellence, cela forme une de ces pièces desquelles on ne ressort pas indemnes.

 

Novecento, au Radiant Bellevue, saison 2015-2016