Joanne Lebster – Le début d’un nouveau monde

« Lorsque le dernier arbre sera coupé, lorsque le dernier poisson sera péché et la dernière rivière empoisonnée, alors l’humain s’apercevra que l’argent ne se mange pas » 
 
La bande dessinée Joanne Lebster – le début d’un nouveau monde réfléchit sur l’utilisation de la monnaie et sa nécessité dans la société : et si nous n’achetions plus mais prenions uniquement ce dont nous avions besoin ? Se servir gratuitement peut être appétissant dans un premier temps, mais il serait intéressant de voir comment les consciences évolueront. Au cœur de ce changement une jeune femme, Joanne Lebster, d’une nature curieuse et combattante. Grandissant dans un  système économique bâtit selon elle sur des principes à déconstruire, elle va tenter, accompagnée de camarades partageant les mêmes opinions, de rallier des personnes à sa cause.
La bande dessinée invite le lecteur à penser en dehors des rangs. A travers les discours de trois jeunes adultes, souhaitant s’épanouir dans une démocratie qui porte son nom, nous nous interrogeons sur notre situation au même titre que Joanne Lebster souhaite titiller la réflexion de ses opposants. Pertinente dans ses propos, intéressante dans la forme, Joanne Lebster – le début d’un nouveau monde utilise les codes d’un bon documentaire en rendant accessible des idées politiques fortes. Le scénariste Marc Chinal accorde ses idées à l’aide d’une illustration figurative et incisive, dont les traits et expressions façonnent les caractères de ses personnages.
 
Le choix des couleurs est minutieux car elles portent leurs personnages, choisissant d’animer l’un à l’aide d’une palette large de couleurs ou d’en déshumaniser certains avec un nuancier fatigué. Les couleurs orangées donnent un effet patiné au décor, comme si nous tenions les recueils d’un livre d’Histoire. De la prise de conscience de Joanne, à l’acte de se présenter aux élections, et toutes les déboires qui s’en suivront – car un acte politique, sociétal et économique ne s’opère jamais sans détracteurs et difficultés – les couleurs nous attachent à cette atmosphère intime dont l’époque est ignorée. Cette chaleur tend pourtant à s’estomper à mesure que le combat de Joanne avance. Elle est donc un élément essentiel de l’oeuvre qui amène à penser subtilement que la réalité est souvent plus amère que le gout du changement. Réussite ou déception ? Comment évolueront ces personnages, conduits par une volonté sans faille de vivre harmonieusement ? La société est-elle prête à les entendre mais surtout à changer ?
Une BD qui invite au changement, et un autre format aux discours politiques.
Joanne Lebster – le début d’un nouveau monde a reçu le prix de l’Album du 18ème festival BD’art de Rive de Gier en décembre dernier. Une bande dessinée dont l’histoire est totalement inédite, et qui regroupe des artistes Lyonnais. Je remercie vivement Les éditions Réfléchir n’a Jamais Tué personne ainsi que Marc Chinal, qui m’ont proposé de découvrir cette BD qui apporte un souffle d’air frais au genre. À découvrir.
Joanne Lebster – Le début d’un nouveau Monde – Marc Chinal, Mathieu Bertrand, Marie Avril. 15 €

Une réflexion au sujet de « Joanne Lebster – Le début d’un nouveau monde »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.