Your Name de Makoto Shinkai

Mitsuha vit dans une petite ville au Japon nommée Itomori, cerclée de montagnes et d’eau, dans laquelle elle grandit aux côtés de sa grand-mère et de sa petite sœur. Lycéenne au quotidien ordinaire, Mitsuha aspire à plus grand, de buildings tokyoïtes à la frénésie ambiante des cafés populaires.
Taki, lui, vit justement à Tokyo, dans un appartement près du centre-ville avec son père. Jeune homme plutôt réservé, il occupe ses journées entre des dessins griffonnés sur ses carnets, ses pauses déjeuners avec ses deux fidèles acolytes et un travail de serveur dans un restaurant. Il partage le service avec Miki, une collègue qui ne le laisse pas indifférent.
Deux endroits. Deux vies. Deux corps. Et pourtant, une comète qui passe aux abords du pays va tout changer. Tour à tour, Mitsuha et Taki échangent de vie en se retrouvant dans le corps de l’autre. Troublés dans un premier temps, ils vont tenter de s’accommoder à la vie de l’autre, en laissant des traces de leur journée via leur téléphone portable. Leur vie se transforment doucement, jusqu’au jour où tout s’arrête. Plus d’échange de corps. Est-ce en lien avec la comète qui va bientôt frôler Itomori.

Your Name est un film d’animation qui revête les traditions du genre : un rapport fort au temps et à la nature. Il met ainsi en relation les modes de vies totalement opposés des grandes villes et de ses habitants avec la culture plus proche de la culture japonaise des petites agglomérations. Le temps est d’ailleurs symboliser par les tresses que nouent la famille de Mitsuha depuis plusieurs générations. Les fils se croisent et finissent par se retrouver, et forment un tout coloré et intime.

Dans cette vision du temps se mêlent ainsi des pensées philosophiques adroites, qui poussent les protagonistes comme le spectateur à prendre conscience du moment présent. À vivre pleinement, car ça peut-être le dernier jour. Dans le corps de l’autre, comme dans le sien. Your Name est donc un hymne à la témérité et au libre arbitre, prouvant que le cours de notre vie ne tient parfois qu’à des décisions que l’on se permet de prendre ou qu’à des portes que l’on déverrouillent. Cherchant à trouver les raisons de l’arrêt de ce phénomène particulier, Taki et Mitsuha vont se rapprocher des leurs, trouvant désormais un but à leur existence et comprendre enfin ce qui a pu les lier.
Couplé à cela, Your Name aborde sensiblement l’idée du souvenir. Pouvons-nous rêver d’un visage aperçu le temps de quelques secondes, même plusieurs années après ? Que reste-il si nous n’avons aucune information sur ladite personne, sur son âge, ni même sur nom ? Le titre évoque d’emblée l’idée du lien floue entre ces deux personnages, qui malgré leurs différences explorent avec poésie le monde qui les entoure. Par une ambiance posée et des dessins justes, où chaque paysage et personnage trouve une particularité et une personnalité, Your Name évite les facilités d’un animé fantaisiste dans lequel tout serait permis et acceptable aux yeux du spectateur. Fable dans le fond, l’animé respecte les codes d’un film engagé dans un costume de film enfantin, et sème l’idée qu’une rencontre a la capacité de changer le cours du temps et notre perception des gens. Et si tout pouvait changer, maintenant ?

Entre le merveilleux Voyage de Chihiro et le planant Interstellar, Your Name est un animé à la croisée des genres. Sorti en France en fin d’année 2016 et présenté à la 41e édition du Festival international du film d’animation d’Annecy du 12 au 17 juin 2017, Your Name n’a pas fini de faire parler de lui. À voir.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.