Chapiteau

J’habite au dessus d’un périphérique. Celui d’une grande ville. Chaque voiture est de passage, aussi furtive qu’originale. Chaque voiture est une image. Elle part pour une autre vie ou rejoint tristement la sienne. Roule vers l’infini, côtoie tous les grattes-ciels.
On peut voir aussi bien la route que les montagnes. Et, là haut, de ma fenêtre du 6ème étage, y aurait-il une autre aventure entre ces deux contrées si proches ? La route et le sommet. Le plat et l’opposé. Les voitures des lignes droites et celles des virages. Les marcheurs de bords de route et ceux des sentiers battus. Et quand le soleil se reflète sur ces deux compères, tous deux fiers, les possibilités deviennent infinies.
© Pour le dire