A Star is Born, de Bradley Cooper

A Star Is Born est l’histoire de l’ascension d’une jeune femme, Ally, au talent vocal exceptionnel. Auteure à ses heures libres et chanteuse dans un bar de Drag queen où chacun(e) se libère des carcans sociaux le temps d’un quart d’heure de scène, elle mène une existence simple et libre. Jusqu’à croiser le regard, durant sa performance de La Vie en Rose, d’un certain Jackson Maine, chanteur à succès qui l’a prendra sous son aile et la fera grandir.

A Star Is Born est un film dont la critique est nécessairement nuancée. De part son casting étonnant avec la chanteuse Lady Gaga, adulée et souvent comparée aux vedettes pop que sont Madonna ou Beyoncé. D’autre part par son scénario qui semblerait écrit d’avance. L’un est brisé et l’autre rêve de percer. L’amour survivra-t-il alors à ce renversement de notoriété ? L’issue narrative semble toute tracée. Dans sa facilité de filmer et d’user de codes parfois grossiers pour amener le spectateur à suivre la vision du réalisateur, A Star Is Born nous fait parfois douter de sa profondeur. C’est alors qu’entre deux effets lourds de ralenti caméra et certaines scènes dont la larme nous est lourdement tirée de l’œil, nous dénichons quelques perles narratives surprenant son spectateur.

L’amalgame entre la vie de Lady Gaga, avant son immense succès, et celle qu’elle interprète dans le film s’efface aussitôt. Elle apparaît en actrice spontanée, au jeu troublant de naturel, nous prouvant qu’elle a sa place dans ce milieu. Le film prend le choix de nous amener dans un univers sombre tissé par une comédie romantique. Un drame tacite rôde pendant le long-métrage sans que nous puissions en définir l’aboutissement. Le jeu de Bradley Cooper, également à la réalisation, est criant d’authenticité. Incarnant un artiste déchu, à la voix raillée par les excès et au regard d’enfant perdu, il nous livre une performance salutaire au film.
Une allure de blockbuster mais une trame scénaristique peu commune au genre, Bradley Cooper signe un film efficace et hybride. Quelques longueurs freinent partiellement le film, qui, sur la fin, paraissent toutefois nécessaires. Chaque parcelle de l’ascension d’Ally porte un message, et scinde le scénario entre critique du marketing musical et notion universelle d’une chance pour tout artiste qui est vrai dans son art. Une bande-son aux airs d’un album additionnel au film séduit également par ses airs entraînants et ses paroles sensibles, exempt des facilités prêtées au genre pop music.
Un film grand public et captivant. À voir.

A Star Is Born de Bradley Cooper, à l’affiche – Novembre 2018

© Pour le dire