Jamais le deuxième soir ! La comédie féministe parisienne

Un séjour à Paris est un passage obligé dans l’une de ses centaines institutions culturelles. Et parmi elles, les cafés-théâtres. C’est au République dans le 3e arrondissement que ma pièce Jamais le deuxième soir se joue. Mirabelle est une jeune femme forte mais qui essuie les échecs amoureux. Et ce n’est pas si meilleure amie qui oublie de le lui rappeler : en amour, elle est définitivement une ratée. Alors, quitte à encore se faire larguer, autant prendre les devants. Elle décide que ce sera elle, cette fois, qui ne rappellera pas pour un deuxième rendez-vous. Elle prendra le premier amant venu et du plaisir sans retenue. Et puis c’est tout.
Si le spectacle peut commencer de manière hasardeuse, entre blagues clichées et lourdeurs, on se laisse surprendre par l’énergie des trois comédiens. Si le public nous aide à tenir les premières minutes par un enthousiasme bienveillant, le chiffre trois change la donne. Le personnage de Lorenzo apporte une mixité plaisante et ouvre un autre jeu, amène des surprises et des rires francs. On oublie même l’idée de coucherie du premier soir sans lendemains pour s’intéresser à ce drôle d’amant qui a passé le pallier. Un accent italien, un prénom connoté, un corps travaillé. Parfait pour Mirabelle. Pourtant, il ne se laisse pas si aisément séduire. Pire, il fera l’éloge du romantisme en refusant de coucher.

Impossible de ne pas penser à la série Plan Coeur, de Noémie Saglio avec Zita Hanrot, arrivée directement sur les écrans en décembre dernier. On y découvrait Elsa, une jeune femme un peu naïve en mal d’amour dans un Paris incompatible avec ses rêves de prince charmant. Mirabelle et Elsa se rejoignent dans leur envie de changement, et sont toutes deux aidées par leurs proches. L’élu, le bon, n’est mystérieusement pas si loin… Coup du destin ou combine de petits malins ?

Ce qui est sûr, c’est que Jamais le deuxième soir ! nous surprend, si ce n’est au début, par une fin inattendue.

En ce moment au République, 23 place de la République, 75003 Paris

© Pour le dire