La cantique des indécis

À toi qui a voulu prendre la route.

Souviens-toi. Souviens-toi que tu as hésité à partir. Partir signifiait prendre le large, découvrir des horizons plus grands, des choses plus folles que tu ne côtoies déjà. Souviens-toi aussi que cette nouvelle vie te tendait les bras. Une opportunité à saisir, une parmi mille choix. Et avant toute décision, fallait prendre ses précautions. Mettre les pour d’un côté, peser les contre pour te rassurer. Partir. Vraiment ? Est-ce une nécessité ? « Il le faut, c’est maintenant » entends-tu dans tes songes. Il le faut, évidemment. Ce sera le début de ta vie d’après. Un peu comme un enfant, tu sentiras la liberté te saisir aux tripes. Le nouvel air cogner à tes tympans. Le vent de ces quais bondés, tu l’entends comme une sirène. Elle t’entraîne, t’enivre, tu te sens comme bercé. La foule est ta compagne, les lignes de métros tes tous premiers ballets. De passants en passants, de nouveaux pas à maîtriser. Souviens-toi, et apprends, qu’hésiter c’est avancer.

© Pour le dire